Moi, expert-comptable, je suis coaché et j’en suis fier !

Coaching : les experts comptables en grande demande !

prendre de la hauteur face aux règles, aux échéances et aux normes

Depuis quelques mois, j’accompagne en coaching une profession en profonde transformation : l’expert-comptable commissaire aux comptes.

Transformation, changement, uberisation ? Meme le congres de l’ordre des experts-comptables 2017 l’admet, il y a urgence a se transformer, à changer de posture, a travailler differemment !

Une chose est sûre : le traditionnel « conseil sur tout, y compris la compta » des dirigeants, le bien nomme « expert » est malmené, doit s’aérer et se faire lui-même accompagner pour se réinventer et s’adapter.

Yann, dirigeant d’un cabinet de 25 personnes, a accepté de revenir pour nous sur son expérience de coaching.

Voici son témoignage :

Comment vous est venu le besoin de faire appel à un coach professionnel ?

J’avais besoin de recul, de sortir la tête du guidon pour aller à l’essentiel, retrouver l’essentiel. Nous sommes pollués par du « non important », du superflu. Nous nous occupons des clients qui sont casse-pieds, alors qu’ils ne sont pas les plus importants (et souvent nous font gagner peu pour beaucoup de petites actions, peu utiles ou intéressantes, un comble !). Les autres clients, les équipes, les associés vivent des situations dont les enjeux sont bien plus importants. Mais je les faisais passer après, et je n’avais plus l’énergie que ces sujets auraient méritée ! Je ne trouvais plus ma « valeur ajoutée » vis-à-vis d’eux.

J’ai cherché à retrouver une vision, une stratégie, que je ne trouvais plus le temps de challenger.

Comment avez-vous fonctionné avec lui pour cet accompagnement ?

Le coach m’a demandé ce qui était essentiel ou accessoire, pour moi, dans la vie.

Il m’a demandé quelle était ma vision à 5 ans, à 10 ans du métier d’expert-comptable commissaire aux comptes.

Nous sommes partis dans l’idée d’avoir des séances de 3 heures, sans téléphone, déconnecté.

Puis les séances sont passées à 2 heures par mois, avec la possibilité de le solliciter pour des courts entretiens téléphoniques (30 minutes à 1 heure), comme une « hot line » de coaching.

Ce fonctionnement me convenait bien car j’avais l’impression qu’il « pouvait » être là si j’avais besoin pour évoquer telle ou telle situation. Je l’ai peu contacté finalement, car j’ai rapidement pu me poser les questions qu’il me posait dans ce cas, et trouver les réponses seul !

Après coup, je me suis rendu compte de la richesse de son regard extérieur. Un coach ne connaît pas le métier, et crée des électrochocs  là où l’on ne s’y attend pas, hors des habitudes et des routines du métier.

Aviez-vous des craintes, des réticences au démarrage ?

J’en avais plein !

J’avais la crainte d’étaler ma vie personnelle au grand jour. En réalité, la déontologie des coachs est rassurante en termes de secret professionnel (comme celle des experts-comptables !), et j’avais toujours la liberté d’évoquer ou pas. Comme j’étais en confiance, j’ai pu me livrer petit à petit. Et me découvrir car je me suis « libéré » !

Que retenez-vous de cette démarche ?

En tant qu’expert-comptable, j’ai appris avec mon coach une forme d’humilité; accepter mes défauts et trouver des solutions pour les contourner, les gommer.

J’ai pris conscience que, parfois, nos agissements sont des défauts pour les autres, alors que nous pensons que c’est une qualité !

J’ai amélioré ma délégation, fait la nuance entre superviser, déléguer, contrôler et assister ! J’ai accepté qu’en déléguant, les choses soient faites un peu différemment.

cela semble peut-être simple, mais pour moi cela a représenté des déclics qui changent tout !

Quelle transformation durable avez-vous observée chez vous ?

J’ai appris à admettre le débat contradictoire avec mes collaborateurs, j’ai compris qu’en leur demandant leur avis, leurs attentes, leurs difficultés, j’avais tout à gagner, tant pour la relation entre eux et moi que pour la qualité de leur travail en comptabilité.

Désormais les plans de charge autant que le cœur des dossiers sont traités « ensemble », dans le sens où je m’implique sur les éléments « importants » mais non « urgents » avec eux.

Avez-vous reçu des retours de vos collaborateurs depuis que vous avez été coache ?

oui, ils osent me parler de mes défauts !

Plus sérieusement, cela a créé un dialogue et j’essaie de trouver des solutions pour améliorer ce qui ne leur va pas et ce qui ne me convient pas.

D’après-vous, comment bien choisir son coach ?

lors du premier rendez-vous, s’assurer de l’écoute du coach. Les réponses à nos questions sont finalement en nous, le coach doit simplement nous aider à les faire sortir, c’est tout ! J’ai apprécié sa capacité à m’orienter vers la vision, à voir plus loin, à me faire prendre de la hauteur. la boucle était bouclée !

Et vous, quand vous faites-vous accompagner, cher expert-comptable ?

Valentine Chapus-Gilbert

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *